Un vent glacial se lève

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Un vent glacial se lève

Message par Brisemenu/Cyril le Dim 4 Fév - 14:21

Nous ne sommes encore qu'en novembre et déjà, la campagne Française s'est couverte de neige. Les nobles provinciaux, en particulier ruraux, se massent dans la capitale pour échapper à l'ennui d'une campagne dormante, se retrouver, nouer des contacts et se tenir au courant des dernières tendances. C'est une seconde saison mondaine, moins festive et exubérante que la première (celle qui s'étire en gros, de la fin du printemps au début de l'été), mais tout aussi importante d'un point de vue social et commercial.
Pour les grands motels, c'est l'occasion de refaire le plein une seconde fois dans l'année. Vos familles respectives ont chacune loué un étage au Motel "les campanules", un vaste bâtiment cossu et douillet du septième arrondissement, proche du "Bon marché", l'un des premiers grands magasins parisiens.
Si la plupart des étages sont en location, le second se trouve appartenir à Mr Lavalette, le père de Malicia. Les de St-Léan hébergeant sa fille la plus grande partie de l'année, c'est tout naturellement qu'il les remercie en leur proposant de passer l'hiver à Paris dans cet appartement, au reste sous utilisé par cet éternel voyageur. Les parents des autres personnages auront choisi ce motel au choix pour sa proximité avec les grands magasins, ses tarifs raisonnable ou son réseau de transport très efficace.

Les journaux parisiens vous tiennent au courant des derniers évènements sensationnels de la capitale. Les nouvelles technologies sont particulièrement à l'honneur. Ainsi, vous apprenez ainsi dans le Mercure qu'un hurluberlu du nom de Fabien Berlot prévoit, le quinze novembre, de faire rouler deux wagons de passagers sur un kilomètre de rails a l'aide d'une locomotive électrique. La famille Dupontel, numéro un du chemin de fer Français, prend cet inventeur suffisamment au sérieux pour venir en personne assister à l'évènement. Toujours  dans le domaine de l’électricité, un autre inventeur profitera de l'occasion pour faire la démonstration de son "télégraphe électrique",  un appareil capable de transmettre le son d'une voix à une distance, paraît il, de plusieurs kilomètres.
Dans un autre registre, une exposition d'art primitif Egyptien se tiendra au Louvre pendant tout le mois de Novembre. Les visiteurs pourront y admirer plus de deux-cent pièces, dont certaines dateraient de l'époque pré-dynastique, toutes gracieusement prêtées par sa grâce le duc d'Egypte.

(Je vous laisse décrire votre arrivée au motel ainsi que les motivations de vos parents, et les vôtres bien entendu. Je propose de mettre en place une convention de couleurs éprouvée sur d'autres forums et facilitant la lecture :


Le tout venant, en noir. (vos pensées, vos actions, les évènements autour de vous)
Vos paroles en rouge.
Les paroles d'autres persos (PJ ou PNJ) en bleu
Le hors rp en vert.
avatar
Brisemenu/Cyril
Auteur

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Dim 4 Fév - 21:00

Les 3 h coincées entre ma mère qui ne parle qu'à Iona et mon beau père m’ont semblaient interminable. Cette diligence et son atmosphère suffocante ne vont pas me manquer malgré le vent glacé qui nous cueille à la descente. Aujourd'hui est un grand jour, c'est la première fois que Mr de St-Léan nous amène à Paris, bien que lui-même s'y rende régulièrement.
Lothaire Villepin 20 ans secrétaire particulier de Frimin de St-Léan, nous a devancé et nous accueille, pendant que le premier valet Mr Maurin aidé de la Servante (PNJ de Malicia) s'occupe des bagages.
- Bonjour Monsieur.  Bienvenue dans notre formidable et froide capitale. Il est prévu de la neige dans les jours prochains. Avez-vous fait bon voyage ? s'enquière Lothaire. Tout en s'inclinant il récupère le cahier de notes que le comte a noirci pendant le trajet.
-Merci Lothaire, la presse je te prie. Mr de St Léan  réponds comme s'il n’avait pas écouter ce qu'on venait de lui dire.
- Je vous ai fait monter les derniers journaux. Précise sur le champ Lothaire regrettant de ne pas les avoir garder à porter de mains.
Mr de St-Léan approuve du chef mais tord la bouche d'un air sérieux. Puis se retournant vers nous, et nous pressant d'un geste ferme de la main.
-La qualité d'un voyage se mesure essentiellement à la qualité de la compagnie qu'on y partage.
Un frisson me parcourt. Je rajuste donc la fourrure de mon col et j’attrape ma robe en velours bleu, pour qu'elle ne traine pas dans la boue. Juste assez haut pour suggérer que cette robe peut s'enlever mais assez bas pour que cela soit bien saillant quand on évite la boue. Ma mère me bouscule exprès en passant pour prendre la main tendue de Firmin. Heureusement je ne suis pas tombée. Je fusille son dos du regard. ne dit rien,ça lui ferait trop plaisir.
- Viens Iona n'attrapons pas la mort sur ce parvis. tout en gardant un ton léger
Lothaire ferme donc la marche.
Un fois passé la réception Monsieur de St-Léan lâche ma mère. Il monte prestement les escaliers.  Alors que ma mère souffle et se tiens à la rambarde. je monte le plus gracieusement  possible.  Qu'elle riche idée cette une robe droite pour le voyage les escaliers en crinoline s'est l'enfer. Je remarque que ce n'est pas tant l'effort qui lui coute, en effet sa main tremble légèrement. Lothaire nous dépasse et s’arrête a sa hauteur,lui proposant son bras.
- Madame accepteriez-vous que je vous guide dans cette ascension?
ma mère accepte * les yeux remplis de reconnaissance.* Vivement que je sois mon aussi une dame ! Qu'on me couvre d'attention !
Je roule des yeux au ciel vers Iona. Je siffle tout bas - Quel cinéma !
Un fois passer la porte de l'appartement j'ai du mal à retenir l'excitation qui couvre depuis que Mr de St-Léan à annoncer le voyage. J'ai envie de tournoyer sur ce parquet. Mais je me ravisse aussi tôt quand je croise le regard d'acier de ma mère.
Iona chérie, de mémoire ta chambre et au fond à gauche, Magdalena n'aura qu'à prendre la petite en face prévue pour ton frère il me semble. J'adore cet appartement ! Nous écrirons sur l'heure à mon frère pour le remercier. Qu'il me marque... Fini t'elle languissante en s'allumant fébrilement une cigarette.
Mr de St-Léan est déjà dans sa lecture de la presse préparer par Lothaire il fais signe de la main. Celui-ci s'exécute et lui tend cigare, guillotine puis feu.
- Mon seigneur, je vous laisse prendre procession des lieux. Faite moi mandé je serai au bureau.
- Disposé. Lâche Firmin en même temps que la première bouffée de fumée. On dirait un dragon - Mmh !? Faites prévenir nos amis de ma venue. Et obtenez moi rendez-vous avec le propriétaire de ce bulletin. Lothaire prend congés en connaissance des dernières consignes de son employeur. Il a l’habitude que celui-ci complète ses directives à la dernière minutes.
Lothaire s’incline avec diligence devant ma mère qui lui sourit puis il nous salue avec un léger sourire.
Quoi de mieux pour un homme donc le métier et l'influence que de maitriser l'opinion qu'on a de lui, de ses affaires ou de ses protégés via la presse. [ si ça te va comme motif pour la visite et industrie]
Ma mère ayant trouvé le mini bar et de quoi calmer son tremblement interrompt la messe basse entre Iona et moi au sujet de la sublime décoration du lieu.
- Si près du « bon marché » se serait dommage de ne pas refaire notre garde-robe, n'est pas Iona ?
Firmin lève un sourcil.
-En effet, de nouvelles tenues venues de la capitale te cirais à ravir.
Je m'incline sachant que c'est à moi qu'il vient de parler même s'il n’a pas lever le nez de son journal.
Ma mère fulmine. Elle lâche d’un ton acide.
- Le voyage m'a épuisé je vais prendre repos dans notre chambre. Elle me lance un regard me promettant une vengeance à la hauteur de l’outrage. Elle amène avec elle sa bouteille.
Firmin pose son journal et nous regarde alors que nous allions quitter la pièce vers nos chambres.
- Mesdemoiselles si d'autres passions que les coupons de tissus peuvent être digne de votre intérêt : il y a une explosion au Louvre sur l'Egypte et des démonstrations sur l'électricité. Oh de la nouveauté, tout pour m'éloigner de ma mère ! Et puis on nous y sera vu !
Il nous tend le journal tout en portant son attention sur le second.
Je m'approche pour saisir celui tendu il le récupère au dernier moment.
- Tachez de faire en sorte que ce voyage soit enrichissant et ne me décevait pas ici vous êtes à La Ville. La seule qui compte. Regardant Iona pas de faut pas rien qui n'entache ma réputation suis-je clair.
Je réponds prestement.
- Oui monsieur.
Il plante ses yeux dans les miens.
-Bien ! Et  il me cède le journal. Avant que j’aie pu m’éloigner.
-Viens Magdalena. Son ton ne souffre aucune opposition. je fais signe que ça ira à Iona. Il se lève me poussant par la taille jusqu'au balcon.
- Admire l'écrin qui habille notre Majesté. Respire s'est le même air que le sien. Je suis sûr que cette ville si romantique tiendra toute ses promesses. Son ton péremptoire au début s’est fait rond et chaud. Alors que je garde les mains sur la rambarde et le regard visser sur la cime des toits profitant du lieu. Je sens son souffle proche dans mes cheveux. Il y a un hennissement de chevaux plus bas dans la rue. Il s'interrompt, le souffle s’éloigne. Sur un ton froid il poursuit.
-Enlevez moi cette toilette de voyage et mettais quelque chose de saillant pour déjeuner. Merci.Et il retourne à sa lecture dans le fauteuil. M’excusant.
-Tout de suite Monsieur.

Une fois seule avec Iona nous nous répartissons les chambres de l’aile gauche. Me jetant sur le lit tout en fixant le plafond. - Ah que j'aimerais bien monter dans ses wagons lors de la démonstration ! Visiter la tour Effel, Notre Dame, Montmartre, le Louvre …. Je ne finis pas ma phrase rêveuse.


Dernière édition par Magdallena le Dim 4 Fév - 21:19, édité 2 fois
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Romane Victorius le Dim 4 Fév - 21:12

un diligence arrive et se gare devant le motel. le cocher crache ses poumons et lâche un tonitruant :
- ont est arrivés M'sieur le Duc & M'dame la duchesse !  

de la diligence sort en premier un jeune homme qui avoisine le mètre 80 et qui est vêtu d'un uniforme de gradé militaire il ce tourne et tend sa main a une jeune femme d’à peut près 17 ans. le jolie rouquine lui sourie et prend sa puissante main pour descendre. elle est vêtu d'une robe de couturier agrémenté d'un épais manteau de fourrure. elle grelote et remercie son époux et surtout son coché qui les saluent d'un geste aimable avant de conduire la voiture au écurie.

bras dessus bras dessous les deux époux entre alors dans le motel en saluant chaleureusement les personne déjà présente.
la jeune femme rie de bon cœur et commence a parler de l'exposition avec entrain. le duc lui laisse sa femme rejoindre des amies présente avec un grand sourire t se prend même a dire :
- bon sang qu'es-ce-que je l'aime !  
sur ces mots il est rejoint par deux camarades de l'armé présent pour affaire.
avatar
Romane Victorius

Messages : 12
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Anatole le Lun 5 Fév - 14:41

Ma famille étant de Vendée, nous arrivâmes par le train après un ennuyeux voyage, où ma mère regardait les passagers en pestiférant et mon père la laissait faire en se cachant le museau dans son mouchoir, il était en effet enrhumé.
Avachie dans le wagon je ne relevais la tête qu'après quelques heures de voyage. A peine le temps de voir qu'une épaisse couche blanche s'était formée sur les arbres que mon père me lança:
- Tu devrais te couvrir, il va faire froid a Paris!
Je portais une robe grise simple et une épaisse écharpe en laine, mes souliers étaient verts comme le ruban que je portais dans mes cheveux.

Nous arrivâmes avant que le sommeil et l'ennuie s'empare de moi.
Une fois sur le quai de la gare, nous cherchâmes un omnibus qui nous conduirais au Motel "les campanules" ce que fis ma mère avec aisance, mon père étant là pour payer et non pour choisir.

La bâtisse, lorsque je descendit de l'omnibus avec mes parents semblait immense, et je me sentit enfin a Paris. Je rêvais déjà du Louvre depuis des années mais je savais que ce n'était pas ce que prévoyait en priorité mes parents...


Dernière édition par Anatole le Mar 6 Fév - 13:56, édité 1 fois
avatar
Anatole

Messages : 27
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 35
Localisation : Besançon

Feuille de personnage
Titre: Roturière
Réputation auprès des nobles:
5/5  (5/5)
Réputation auprès du peuple:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur http://new.emmanuelroy.name

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Ame le Lun 5 Fév - 16:31

"L'hiver est la pire période de l'année" pensa Amélia en voyant défiler les premiers bâtiments de Paris. Le voyage se terminait enfin et toute la famille allait enfin pouvoir sortir de ce véhicule.  Arrivé devant ce nouveau hôtel, celui où la famille Equin s’arrêtait ses dernières années ayant fermé Charles , le père d'Amélia, a choisi cet hôtel qui semble déjà plus chic.

   "-Garez-vous au plus près du bâtiment, j'aimerais éviter de marcher dans la boue."
Le père de Charles parla d'une voix bourru, autoritaire au cocher qui obéit sur le champ en se collant quasiment au parvis de l’hôtel. L'homme descendit en premier, aida sa mère, sa femme et puis sa fille a descendre. Arthur lui descendit en dernier, le jeune garçon avait à peine une dizaine d'années mais est déjà plus indépendant que sa grande sœur.  

   Quelques heures plus tard, la famille était installé dans sa suite au 4eme étage, l'appartement est constitué de 4 pièces, trois chambres et un salon. Le couple dort dans la première et la plus grande chambre, la mère de Charles dans la seconde et les enfants dorment à deux dans la dernière chambre.

   Charles lit une lettre de Monseigneur le Duc, l'homme qui a anoblit Charles qui le conseille sur diverses choses depuis de nombreuses années. Pendant ce temps Amélia, elle intéresse à un livre d'une autre nature, elle lit une version romancé et adapté de Roméo et Juliette  offert par son oncle. Le livre n'est pas le plus intéressant mais il a le mérite d'occuper la jeune fille qui n'a aucune envie de sortir dans le froid, la neige et le boue de Paris.

  La ville présente de nombreuses opportunité mais elle effraie beaucoup la jeune demoiselle, savoir qu'on se trouve près du centre du monde est quelque chose de grisant mais la crainte de faire un faux pas ou une erreur, qui lui couterait toute ses chances d'avoir un bon mariage, l’empêche de montrer trop d'impatience. Surtout qu'elle ne sait pas pour quelle raison sont père est venu une année  en ville. Charles n'aime pas vraiment cette grande ville mais encore une fois Monseigneur le Duc lui a demandé de régler quelques affaires en son nom.

  Arthur lui, discute avec sa grand-mère qui lit le journal, les deux personnes commentent les actualités scientifiques, en effet Arthur est déjà bien intéressé par ce genre de choses. Et il essaye de convaincre sa famille d'aller au démonstrations et Charles se range très vite à son avis.


Dernière édition par Ame le Mar 6 Fév - 19:09, édité 1 fois

Ame

Messages : 52
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Romane Victorius le Lun 5 Fév - 21:42

après un petit saut dans les discutions de noblesse je rejoint mon mari qui m'attend au niveau des escaliers. bras dessus bras dessous nous montons les marches en rigolant. devant la porte de notre appartement ce tient notre servante qui nous a accompagner qui nous attend. c'est une femme menue entre deux age qui porte une tenu de domestique standard agrémenté d'un chignon stricte avec deux mèches de cheveux noir qui encadre un visage rondelet au sourire tendre et presque maternel envers nous. elle nous ouvre la porte et s'incline pour nous faire entré et dit :

- Madame, monsieur, j'ai pris soin de préparer des vêtements pour l'exposition de demain et d'installer vos effets de toilette dans la salle d'eau et le reste de vos vêtements de l'armoire avec vos valises. madame j'ai installer vos cosmétiques sur la coiffeuse dans votre chambre. puis je encore quelque chose pour vous satisfaire ?    

(j'ai mit plus haut duchesse, c'est une erreur veuillez me pardonner) je semble réfléchir quelque minute puis lui répond toujours gaiment :

- faite nous notre thé du soir et allez vous reposé Clara vous en avez fais beaucoup et le voyage a été éreintant pour vous aussi !  

elle acquiesce et s'incline avant de nous laisser seul ; Maximilien est aller dans notre chambre et je lui emboite le pas. nous n'avons pas pour habitude de faire chambre a part et lui comme moi ne brillons pas par une pudeur mutuel. nous nous changeons pour notre tenu de nuit et je m'installe devant la coiffeuse quand mon tendre époux allume le phonographe pour passé clair de lune de Debussy. il vient alors vers moi et caresse mon cou dénuder et embrasse ma nuque avec tendresse avant de me susurré a l'oreille :

- tu est belle princesse de mon cœur. j'adore ton parfum, groseille & lilas non ?  

- toi aussi mon beau chevalier, tu est le plus belle homme que j'ai rencontré ! comme toujours je sais que tu l'adore.

je me lève et le pousse sur notre lit et caresse son torse puissant. je vais me faire le plaisir de le réchauffer face a cette hiver parisien et profité de la musique.
avatar
Romane Victorius

Messages : 12
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Malicia le Lun 5 Fév - 23:34

Un long voyage jusqu'à Paris. La lecture aurait pu être plus agréable si ma tante ne m’interrompait pas aussi souvent, surtout pour parler des vieux ragots.
Mais qu'importe! L’excitation de retourner "chez moi" était réellement forte. J’aime Paris! La campagne a ses avantages bien sûr mais rien n'apporte autant de loisirs et cultures que Paris. Et je garde toujours cet émerveillement de la petite fille que j’étais, arrivée fraichement des Highlands d’ Écosse, et qui découvre la capitale français.
Avant qu'elle ne parte, j'ai chargé ma gouvernante, Laoghaire, de préparé convenablement l'appartement, sachant qu'il n'est que rarement habité. Connaissant mes goûts et surtout, les habitudes des De St Léan, elle n’avait besoin davantage d’instructions.
Arrivé au pied de ce grand hôtel en plein cœur de la ville, je respirais à fond l’air enneigé de l’hiver. Un sourire franc s’afficha sur mon visage. J’allais invitait monsieur, ma tante et ma cousine d’entrée quand le regard froid du baron me stoppa net. C’était certes le domicile de mon père, mais je reste une fille riche et non noble, je n’avais pas à lui devancé le pas, même chez moi. Un violent retour à la réalité. J’espère sincèrement que nous pourrons respirer, Magdalena et moi. Je suis tout excitée à ce que nous pourrions faire, apprendre ou même qui nous pourrions rencontrer.

Cette brave femme opulente aux cheveux roux grisonnants qu’est Laoghaire nous accueillis dans le grand salon. Tout était propre et la décoration semblait suffisante aux gouts de monsieur, bien que le style velours soit passé de mode. Ma tante désarçonna ma gouvernante quand elle annonça que cousine Magdalena prendrait la chambre de mon frère. La pauvre femme se hâta de préparer une chambre convenable de jeune fille. Bien que l’attention fût blessante, ma cousine n’en avait cure et j’étais ravie car les deux chambres communiquent entre elles. Je rassuré souvent Aidan quand il était petit.

Avant de filer vers no chambres, Monsieur de St Léan nous dit :
- Tachez de faire en sorte que ce voyage soit enrichissant et ne me décevait pas ici vous êtes à La Ville. La seule qui compte Me regardant pas de faut pas rien qui n'entache ma réputation suis-je clair ?
- Oui Monsieur, réponds prestement Magdalena.
Je me contente quant à moi de baisser la tête. Dieu que je hais cet homme. Autant qu’il me fait peur.

Dans ma chambre j’ai le plaisir de trouvé un lit large et bien plus grand que dans mon souvenirs. Laoghaire pense vraiment à tout. La décoration reste quand même la même : mes boites à bijoux, mes collections de fleurs séchées dans de jolis cadres accrochés au mur, au-dessus d’un petit bureau en bois d’acajou. Une grande fenêtre éclaire la chambre, avec des petits coussins pour lire tranquillement. Au-dessus de la vielle cheminée, le seul tableau de ma mère qui nous reste, avec mon frère bébé dans ses bras et moi à ses pieds, la regardant avec adoration. Ce tableau était dans le salon avant. Mais je la préfère ici, près de moi, sans qu’on nous juge ou nous compare. Elle était si belle, et je lui ressemble tellement peu.

Magdalena semble enthousiaste elle-aussi. Elle disserte déjà sur les activités que propose Paris. Principalement ceux qui la concernent. Mais je la connais bien. Nous ferons ce qu’elle souhaite, comme nous ferons ce qui me ferait plaisir. Je peux bien lui concéder le caprice de choisir la première (soupir d’amusement).
J’attends qu’elle finisse.
- Un tour au Louvre ainsi que dans Paris elle-même nous sera extrêmement enrichissant. J’espère retrouvée quelques camarades d’écoles également. Et les bibliothèques, le musée ! Sans parler des petites boutiques car il n’y a pas que le grand marché tu sais ?!
Mon enthousiasme était palpable, au point de faire sourire mon impassible cousine. Puis, sur une voix plus sérieuse, je continue :
- Nous pourrions également faire la connaissance des personnes vivant dans l’hôtel et formé ainsi des groupes de sorties. Ainsi tu te feras de la compagnie précieuse que tu ne pourras guère négligée pour le plaisir d’un parent que tu vois au quotidien.
Je sais qu’elle a saisi l’allusion. Elle ne montrera aucune offense à ce que j’en parle. Mais je suis si inquiète pour elle.
Cet homme est un monstre. Nous devons profiter de cet hiver pour nous en éloigner !
avatar
Malicia

Messages : 43
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Mar 6 Fév - 12:00

Me redressant sur le lit.
- Je te suis ou tu veux, mais tu pourras pas couper au «bon marché » mère va y être très attaché. Je ne suis jamais contre faire de nouvelles rencontres. Ça te ferai du bien aussi et je crains que les bibliothèque ne remplisse pas complètement cet objectif. Mais pourquoi pas un petit bouquiniste pour trouver une rareté.
Je marque une pause. Je poursuis plus espiègle.
- Si tu m’aide pour m’habiller pour le diner, je demande pour aller à l’exposition au Louvre demain.
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Ame le Mar 6 Fév - 20:09

Pendant ce temps, Amélia s'installe sur sa coiffeuse, chacune des ses brosses, épingles, poudres et huiles doivent être à la bonne place et ce petit rituel bien huilé commence à  la rassurer. Elle est seule dans la chambre, son frère jouant aux échecs avec son père dans la salle d’à côté.

  L'heure du diner approchant la jeune fille retoucha sa coiffure, depuis de nombreuses années elle sait que ses cheveux lui permette de se faire remarquer et elle tire satisfaction de voir d'autres jeunes filles, même les plus belle qu'elle se retourner et chuchoter dans son dos. Et puis tant qu'elles sont occupé par la tête, ces demoiselles ne remarquent pas le reste..

 D'ailleurs, Amélia pense qu'elle va bientôt pouvoir accompagner ses parents aux grandes soirées et autres bals, en effet toute les autres jeunes filles de son âge y ont déjà fait plusieurs apparitions, mais pas elle. C'est compréhensible pensa-t-elle en se remémorant tout ces moments de frustration quand elle n'arrivait pas à réaliser la plus simple révérence ou même quelques pas de danse basique.  

C'est la dernière année où je reste en retrait.
jura-t-elle dans son miroir tout en terminant sa coiffure. Amélia était prête et la détermination pouvait se lire dans ses yeux gris. Elle se leva et commença à répéter quelques pas d'un danse classique. Le résultat n'était pas très satisfaisant mais au moins Amélia n'était pas tombée. Sa robe à panier lui permettant de rester debout.

  La robe en question faite sur mesure possède une ossature en bois qui touche quasiment le sol. En extérieur cette robe se salirait très vite mais elle ferait l'affaire pour prendre un repas au rez de chaussé comme l'avait prévu les parents de la demoiselle. L'étoffe lourde de la robe est d'une teinte bleue pastel permettant d'identifier sa porteuse comme une jeune fille.

  Amélia se regarda une dernière fois dans le miroir de la chambre qui lui renvoya l'image de l'hiver elle même, ses cheveux coiffés en arrière de façon complexe et maintenu par une broche en argent, sa robe bleue lui donnait un aspect froid, glaciale mais qui était démentit son expression douce et son regard chaleureux. Elle est donc fin prête.

   - Je suis prête mère.
- Très bien ma fille attend ici quelques minutes que ton père et ton frère finissent de se préparer et nous descendrons.

  La préparation des hommes de la famille ne dura pas longtemps et les 5 personnes descendirent à l'heure pour le diner Amélia tenant le bras de sa grand-mère comme à son habitude mais sans qu'on sache laquelle des deux avait la démarche la plus assuré.

Ame

Messages : 52
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Malicia le Mar 6 Fév - 21:27

Après un franc sourire adressé à ma cousine, je lui passe sa robe verte pastel qui fait si joliment ressortir ses yeux. Si notre premier diner à paris doit se passer au milieu de la bonne société, autant se montrer sous son plus beau jour. Et c'est pourquoi moi-même je m'habille joliment, mais jamais trop. Après tout, et comme la souligné monsieur de St Léan, je dois rester à ma place...
Une robe brune aux reflets dorés, simple mais élégante, devrait suffire. Ma petite touche exotique du jour : le collier de ma mère, une "larme" en argent aux entrelacements celtiques, surmontée d'une agate.
Avant de diner, je m'informe auprès du maitre d'hôtel des familles présentes en ces lieux et surtout celles comptant de jeunes filles et garçon de mon âge.
- Mademoiselle de St Léan, la pupille du Baron de St Léan, aimerait s'entourer d'excellente compagnie. Je suis certaine qu'en ces lieux nous pouvons la rencontrer. pourriez-vous m'y aider s'il vous plait?
avatar
Malicia

Messages : 43
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Anatole le Mer 7 Fév - 12:10

Mon père donna l'ordre à nos 2 valets de prendre les valises qui se trouvaient a l'arrière de l'omnibus, tandis que ma mère s'engouffra rapidement dans l'entrée du Motel, je les suivait du regard de loin. Je rêvais déjà a une escapade amoureuse en compagnie de l'un des hommes de l'omnibus, un jeune blond me souriait depuis que nous somme monté mais je n'avais pas pu m'approcher...
Dépèche toi Suzanne, me criait ma mère alors que je commençais à mettre le premier pied à terre.

Alors que je rentrais dans le hall par ses portes vitrées, je fis heureuse connaissance avec notre lieux, tout était doré avec des miroirs et de jolis boiseries. Je restais quoi, ici au milieu du hall en pensant au bal de princesse qui pourrait arriver durant notre séjour. Mais nous étions là pour la grande première du train électrique...

Ma mère me fit signe de me hâter avant que nos deux valets n'entrent avec tout notre attirail de voyage, Mon père alla rapidement à l'acceuil pour vérifier notre réservation, Il y retira le ticket et les clés de l'appartement,en se retournant il me lança un regard qui en disait long sur mes habitudes de petite garce quand il s'agissait de s'enfuir et de profiter seule des opportunités que me réservait la vie.

A pas doux, je montais les marches à la suite de ma mère et regardait subrepticement en arrière pour voir si nos valets étaient bien dans le mouvement.

Une fois entrée, ma mère la première se jeta dans un fauteuil et y resta quelques temps. Je trouvait ma chambre sobre sans grande fioritures mais cela me suffirait pour les nuits que je désirerait y passer.

Ce n'est pas mal ici ! dis-je a mon père avec un sourire. Il resta sans rien dire me tapotant sur la tête, signe d'affection que je n'aimait guère.

Il donna l'ordre d'aller chercher des provisions à l'un de nos valets, pendant que l'autre mettrait la table et lui servirait un bourbon bien mérité. Ce voyage m'avais rendu lasse tout comme mes parents, ma mère esquissa un sourrire de satisfaction en disant a mon père:
- J'espère que cette locomotive vaut le prix de ce voyage, chéri !
- Oui, oui ! répondit-il en sirotant un gorgée de bourbon, ce qui m'interresse au plus haut point c'est ce que j'ai vu sur le Mercure, ce canard vante les mérite d'un inventeur qui serait capable de transporter le son sur de longues distances, Quel bonheur cela nous ferait de pouvoir parler a ma mère qui se trouve a Bordeaux en quelques mouvement, tu ne croit pas, Mamour ?
- Oui et je pourrait enfin avoir des nouvelles de notre richissime oncle vivant a Freiburg et peut-être lui demander un peu d'argent pour les études de la petite.

Je me cachait les oreilles en entendant ces mots, je ne désirait qu'une chose, dessiner, faire de ma vie un art, plus tard dans la discussion ils parlèrent du Louvre, je me sentait excitée comme une puce au moindre son de ce mot, mais me rendit vite compte qu'il n'y avait que les inventions qui attirait mes parents. Je voulais voir de l'art, me nourrir de tableau et de peintures.

Après le repas, je restait dans ma chambre en inspectant les lieux, pas de livres, un vulgaire tableau d'un paysage provincial au mur, les papiers peints etaient hideux, heureusement qu'il y avait de longs rideaux aux fenètres. Par la fenêtre je voyais la rue par laquelle nous sommes arrivé. L'omnibus a 3 chevaux passant toutes les heures. Je m'endormi après une rapide toilette en pensant au Louvre et à ce jeune bondinet que j'avais vu dans l'omnibus...
avatar
Anatole

Messages : 27
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 35
Localisation : Besançon

Feuille de personnage
Titre: Roturière
Réputation auprès des nobles:
5/5  (5/5)
Réputation auprès du peuple:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur http://new.emmanuelroy.name

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Mer 7 Fév - 13:17

[  du coup  de non couché il ne reste  que  ame, malicia et magdalena]

le maitre  d'hotel reponds:
-  ce soir  au diner  nous avons le Chevalier Equin et  sa famille.

En effet la salle de restaurant n'est pas très pleines " beaucoup des nouveau arrivant doivent être trop fourbis par  le voyage"

- merci  monsieur.

Je cherche donc tu regard si j’aperçois une jeune fille de bonne famille. J 'aperçois  donc un jeune femme tenant  le  bras d'un femme âgée  la ressemblance et  suffisante pour  qu'elle  soit  de la  même famille.

- quelle joli toilette. tu ne trouve pas Iona?

au cas ou  la cible  du commentaire m’eut entendu, je fais un peu signe de tête, modeste invitation a rompre la glace.
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Brisemenu/Cyril le Mer 7 Fév - 15:28

[ Eh ben, il y a du rendement! Je vais avoir du mal à tenir la cadence.  Shocked ]

Vos familles respectives s'installent et prennent leurs aises. Dehors, de grands coups de vent imprévisibles ont chassé les derniers promeneurs que la neige n'avait pas dissuadé. Toutes les cheminées tournent à plein régime et des employées amènent en catastrophe des couvertures supplémentaires dans toutes les chambres.

Les jeunes personnes sympathisent entre elles, la plupart du temps avec bénédiction de leurs familles puisqu'après tout, vous êtes entre gens respectables. Ainsi, vous apprenez facilement que quatre autres familles de petite noblesse, en plus des vôtres, ont réservé qui un étage, qui une simple chambre pour la saison.

L'ambiance cordiale est policée est tout à coup perturbée, un peu avant vingt et une heure, alors que retentissent dans la cour toute proche plusieurs coups de feu accompagnés de hurlements de terreur et d'agonie. Une fenêtre de la salle de restauration vole en éclat sous le coup d'une balle perdue.
Quelques messieurs armés et téméraires sortent pour voir de quoi il retourne tandis que la plupart des clients et employés courent se barricader.

[ Que faites vous? N'écrivez pas trop car vos personnages n'ont qu'une minute ou deux pour réagir avant le prochain évènement. J'ai juste besoin de savoir quelle est leur première réaction, et éventuellement celle de leurs proches. Si vous entreprenez une action difficile, contentez vous de dire que vous "essayez" de faire ceci ou cela et je vous direz dans le prochain poste si ça réussit]
avatar
Brisemenu/Cyril
Auteur

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Mer 7 Fév - 15:55

" oh! mon dieu!"

* je saisi la main d'Iona et je me glisse sous la table "protèger" par la nappe*
Je souffle
-Iona
"je serai jamais assez rapide pour fuire"

ma mère hurle et s'enfuit vers la porte la plus proche, Alors que Mr le baron se lève circonspect près a en découdre avec arme si besoin.
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Romane Victorius le Mer 7 Fév - 16:29

je me lève du divan mais est retenu par Maximilien qui dégaine son révolver. je tente de regarder la scène effrayer en le voyant approcher de la fenêtre

- attention Maximilien !
avatar
Romane Victorius

Messages : 12
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Romane Victorius le Mer 7 Fév - 16:38

je me lève de ma chaise mais est retenu par Maximilien qui dégaine son révolver. je tente de regarder la scène effrayer en le voyant approcher de la fenêtre

- attention Maximilien !  [/quote]

je vais alors  me mettre en sécurité loin des fenêtres et le laissé regarder, je me dit qu'en étant militaire il sais ce qu'il fait je regarde les autre dame et dit alors

- cher mesdames reculons, laissons donc les hommes voir se qui se passe  
avatar
Romane Victorius

Messages : 12
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Ame le Mer 7 Fév - 17:40

Amélia releva la tête au premier coup de feu, étant prêt de la fenêtre, elle se protégea des éclats de verres avec son bras. Elle essaya de jeter un coup d’œil par l'ancienne fenêtre avant de reculer à l'abri au fond de la pièce.

Ame

Messages : 52
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Malicia le Mer 7 Fév - 21:10

Magdalena me serre très offre la main. Moi j'observe le chaos, les tables qui se renversent, les femmes qui crient, les hommes qui crient. Tout près cette jeune fille brune, juste sous la fenêtre, couverte d'éclat de verre. Je tends ma vers elle, autant que possible.
-Vite! Attrape ma main! Viens ici!
avatar
Malicia

Messages : 43
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Jeu 8 Fév - 12:00

sans lâche mon emprise, je me précipite à la suite de ma cousine que je sais plus athlétique que moi.
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Brisemenu/Cyril le Jeu 8 Fév - 13:08

De la fenêtre éclatée par le coup de feu jaillit un homme hurlant à l'aide, le poing crispé contre son pistolet vide. Ses vêtements simples et solides d'ouvrier sont déchirés de toutes parts et il saigne abondamment.
A sa suite, cinq chiens de tailles variables, entre l'épagneul et le dogue allemand,  saute la fenêtre pour se jeter sur lui tous crocs dehors. Il se débat, hurle comme un damné, puis s’interrompt sèchement à l'instant où l'une des mâchoires trouve le chemin de sa gorge et ne fait plus que gesticuler.

Quelques hommes au cœur bien accroché sortent l'épée ou le pistolet pour disperser les animaux, mais la plupart perdent quelques précieuses secondes à rester immobiles, paralysés par la surprise et l'horreur.

(Et il a fallu que ce soit Ame qui soit juste à coté de la fenêtre Embarassed ... pas fait exprès promis)
avatar
Brisemenu/Cyril
Auteur

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Ame le Jeu 8 Fév - 18:53

(Je vais passer aussi à la première personne, j'ai pas l'habitude mais pour des action rapide ça passe...)

   J'attrape la main tendue de la fille devant moi, sur le coup je ne me souviens plus de son nom mais je pourrai la remercier plus tard.

   Le grognement derrière moi, me fit me retourner et c'est là que j’aperçus la silhouette d'un chien se jetant sur un homme. Je ne plus retenir un cri de terreur et je me jeta contre la jeune fille en face de moi pour fuir les horreurs dans mon dos.

Ame

Messages : 52
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Romane Victorius le Jeu 8 Fév - 19:19

Maximilien tire sur le chien qui saute sur Dame Amélia et touche la bête a la nuque en faisant atrocement couiné le pauvre chien

- Madame ! allez vers ma femme ! Alice amené ces dames en sureté dans les étages, messieurs avec moi !

je fais signe a toute les femmes de la pièce de venir avec moi en tremblant légèrement. je m’approche de l'entré du restaurent en leurs tenant la porte car je crois bon de laissé ces messieurs gérer toute cette violence.

- venez mesdames...lai...laissons nos amis gérer l'affaire !
avatar
Romane Victorius

Messages : 12
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Magdallena le Jeu 8 Fév - 20:16

[Oui fallait que ça tombe sur Amélia XD quel idée ame de te mettre sous la fenêtre XD]

Attrapant la main d’Amélia sans lâcher l'autre donner à Iona je  m'éloigne de l'horrible  bête.

- Dieux que je hais les animaux!  que je ne  puis m’éviter de lâché dans la panique.

Je me laisse tirer par Iona tous en tirant Amélia.
Dans ma course je tourne la tête et je regarde le malheureux pour qui il est trop tard . Je remarque que Firmin s'approche de la scène une fois le plus gros dangers tomber.
" Pourquoi? A qui sont ses chiens? Un homme ne devrait pas faire l'objet d'une Chasse? Qui est il ?"
je commence à m’essouffler.
avatar
Magdallena

Messages : 83
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Malicia le Jeu 8 Fév - 23:39

Je n'ai eu le temps que d'ouvrir grand les yeux et la bouche avant de détaler, en tirant sans ménagement le bras de Magdalena, qui elle-même tient celui de la jeune fille brune. Mais au moment de passer la porte, je ne sais pourquoi mais je m'arrête. je pousse les filles à suivre la dame et sortir.
D'instinct, je me retourne vivement pour faire face à la scène.
avatar
Malicia

Messages : 43
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Ame le Ven 9 Fév - 9:36

Une fois sortie de la salle, je commence à reprendre mes esprits, l'image du chien toujours gravé dans mon esprit et le son des coups de feu résonnant dans mes oreilles. Je me souviens aussi de la main tendue vers moi et qu'on m'avait aidé à sortir de la pièce.

Je bredouille un "Mer...Merci de m'avoir sortie de là. Vous...vous savez ce qu'il se passe?" avant de chercher ma mère ou ma grand-mère des yeux... Elles ne semblent pas être là, elle doivent être restées dans la pièce ou sorties par une autre porte.

Je m'assoit donc où je peux dans la pièce fixant la jeune fille qui c'est retournée.

(Ça m'apprendra à prendre initiative dans la description.... Et hop un point de terreur xD)

Ame

Messages : 52
Date d'inscription : 22/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un vent glacial se lève

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum